Rooftoping London

Londres, la ville d’Europe la plus prisée par les rooftopeurs. Fin Octobre 2019, quelques semaines après la création du Wizzy Gang, je suis parti là-bas, avec Florian, pour aller sur les immenses buildings de la capitale du Royaume-Uni.
Dès notre arrivée on pouvait apercevoir les plus hautes tours qui surplombaient la ville. C’était nos débuts en urbex et on avait pas fait plus grand que les immeubles de Rennes qui dépassent difficilement 40 mètres de haut. Alors se confronter à des tours de plus de 100m nous excitait beaucoup.

Quand on a commencé à tester de monter sur les toits on s’est pris échec sur échec. Devoir rentrer avec les habitants locaux n’était pas une mince affaire. Le premier soir fut un échec désastreux, après 4 heures à tester des dizaines d’immeubles et à finir bloqué en haut par une trappe ou par des portes fermées à clé, ça nous a mis le moral au plus bas.
Après de nombreuses recherches pour trouver les toits les plus accessibles de Londres, on a finalement réussi à aller sur un immeuble de 36 étages à Vauxhall.
Être à 100 mètres de haut était une sensation plutôt irréelle, on voyait la totalité de Londres. Se mettre au bord était finalement assez facile car la paroi de l’immeuble était penchée. La sensation de tombée à pic était donc nettement moins importante. Après avoir fait les photos qu’on voulait, on est redescendu puis on est allé explorer d’autres immeubles dans le quartier. On a trouvé ces immeubles avec une forme plutôt originale et on a pu réaliser quelques photos dessus.

Après de nombreux échecs dans le quartier de Elephant & Castle on a décidé d’aller visiter la City. Alors qu’on attendait notre bus pour se rendre à Canary Wharf, on a vu des échafaudages sur le bord de la route. On avait du temps à tuer donc on est parti s’aventurer sur des petits toits de quelques étages. En progressant de toit en toit on a réussi à atteindre un endroit qui donnait de bonnes perspectives sur la City. Sachant qu’il était 4h du matin et que notre bus passait dans 15 minutes on a quand même décidé de prendre le risque de capturer une photo de loin. J'ai du redescendre plusieurs étages pour aller se positionner à une bonne distance pour photographier Flo. Après quelques appels par téléphone pour bien se régler et se positionner sans être vus, on a réalisé cette photo :

Contents du résultat on s’est dépêché pour prendre notre bus et partir explorer une autre partie de la ville. On s’est ensuite rendu dans le quartier de Barbican, on a d’abord essayé plusieurs petites tours environnantes puis finalement on s’est dit que ça valait le coup de tester les grosses tours du quartier de Barbican. On a alors testé Shakespeare Tower et Lauderdale Tower, mais sans succès. Quand on a testé la dernière : Cromwell Tower, les résidents étaient hypers méfiants des personnes qui rentraient à l’intérieur. On était sur le point d’abandonner l'infiltration, pensant que c’était peine perdue. Quand un habitant est sorti, Florian a réussi à coincer son pied de justesse, avant que la porte ne se referme. On était mort de rire d’avoir réussi à entrer de cette façon. Pourtant les panneaux à l’intérieur nous ont biens fait flipper, il était écrit que cette résidence était réservée aux membres de l’état et que ceux allant à l’encontre des restrictions pourraient avoir des problèmes avec la justice. Mais ça nous a pas du tout empêché d’aller en haut. Après quelques magouilles pour passer à travers les barreaux bloquant l’accès au toit, on a eu accès à un spectacle magnifique. Et on a tout de suite pu réaliser cette photo :

On était en plein mois d’Octobre et il y avait d’énormes rafales de vent. Du haut de ses 123 mètres et de son architecture brutaliste qui tombait à pic, se mettre au bord de la tour était vraiment terrifiant. On avait un peu l’impression de rêver pendant l’heure où on est resté sur le toit. Après quelques photos on a décidé de monter au promontoire, tout en haut de la tour. Après quelques escalades on a ensuite du éviter quelques fenêtres où logeaient les résidents. C’était si drôle de devoir se frayer un chemin pendant que les gens avaient le dos tourné. Puis on a réussi à atteindre le sommet. Tout en haut on avait une vue à 360 degrés de toute la ville. Après de grosses bourrasques de vent et quelques autres photos on s’est finalement décidé à redescendre.

Lors du dernier soir là bas, on s’est dirigé vers Canary Wharf. Après les nombreuses explorations ratées et tous les étages montés pendant les derniers jours, on avait plus d’énergie. Grace à des recherches satellites pour trouver des toits qu’on avait vu en photo, on a réussi à monter sur quelques-uns à côté de Canary Wharf, nous offrant de belles vues sur les alentours. A la fin de cette soirée on était mort de fatigue et le temps de Londres nous a offert une énorme pluie nous dissuadant d’essayer d’autres toits qui allaient inévitablement être trop glissants.

Article écrit par Félix